John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Médecine de la reproduction, gynécologie et endocrinologie

Contraception et pathologies auto-immunes Volume 19, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2017

Illustrations

Tableaux

Auteurs
1 Unité de gynécologie médicale hôpital Port-Royal Cochin, 123 bd Port-Royal 75014 Paris
2 Maternité hôpital Robert Debré Paris
3 Service de médecine interne hôpital Cochin Paris
* Tirés à part
  • Mots-clés : lupus systémique, auto-immunité, contraception, estrogène, biologie antiphospholipide, progestatif
  • DOI : 10.1684/mte.2017.0654
  • Page(s) : 137-45
  • Année de parution : 2017

La contraception est essentielle chez les patientes atteintes de pathologies auto-immunes, à la fois pour programmer une future grossesse et éviter la survenue de grossesses non désirées. Cette programmation repose sur l’hypothèse que la patiente utilise une contraception sûre, efficace et compatible avec sa pathologie. Le risque vasculaire, le risque infectieux et l’exacerbation potentielle de la pathologie constituent les trois éléments principaux à prendre en compte avant de proposer une contraception. Le large choix contraceptif existant en France permet de proposer, dans la plupart des situations, une stratégie contraceptive optimale. Cette dernière fait appel, le plus souvent, aux contraceptions progestatives ou aux dispositifs intra-utérins.