John Libbey Eurotext

Médecine de la Reproduction

MENU

Aspects réglementaires et logistiques de l’assistance médicale à la procréation en contexte viral Volume 20, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
Auteurs
1 Service de biologie de la reproduction, hôpital Bichat Claude Bernard, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris
2 Université Paris Diderot
3 Service de biologie de la reproduction, hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris
4 Université Paris Descartes
* Tirés à part
  • Mots-clés : assistance médicale à la procréation, VIH, hépatite B, hépatite C
  • DOI : 10.1684/mte.2018.0699
  • Page(s) : 81-8
  • Année de parution : 2018

L’arrêté ministériel du 10 mai 2001 ouvre officiellement l’assistance médicale à la procréation (AMP) aux couples dont un ou les deux membres du couple sont porteurs d’une infection virale, par le VIH ou les virus des hépatites B et C (VHB et VHC). Le guide des bonnes pratiques cliniques et biologiques encadre cette prise en charge par des recommandations spécifiques pour ces couples. Il porte notamment sur les conditions d’accès à la prise en charge, l’organisation du laboratoire et l’élaboration de procédures spécifiques dédiées au risque viral – en particulier la manipulation des échantillons à risque. L’ensemble des recommandations vise à garantir un circuit à risque viral séparé, dans le temps ou dans l’espace, du circuit indemne de risque viral. Les nouvelles recommandations du guide des bonnes pratiques cliniques et biologiques en AMP tiennent compte de l’évolution des recommandations entourant les possibilités de conception naturelle dans le cadre d’une procréation dite « médicalement contrôlée ». En effet, les recommandations telles que définies par l’arrêté ministériel du 30 juin 2017 modifiant celui du 11 avril 2008 ont permis l’allégement des dispositions obligatoires dans le contexte à risque viral.