John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

L'audition du mineur : la forme du discours Volume 86, numéro 10, décembre 2010

Auteurs
Praticien hospitalier, psychiatre, pédopsychiatre, Service d'accueil des urgences spécialisées, centre hospitalier Pierre-Jamet, 1, rue de Lavazière, 81000 Albi, France, Officier de police judiciaire, Gendarmerie nationale, Brigade des recherches de Toulouse Mirail, 2, avenue du Général De-Croutte, 31100 Toulouse, France, Officier de police judiciaire, Gendarmerie nationale, Brigade des recherches, 62, avenue Jean-Calvet, 81600 Gaillac, France, Officier de police judiciaire, Police nationale, Brigade départementale de protection de la famille, 5 avenue du Maréchal-Delattre-de-Tassigny, 81000 Albi, France, Praticien hospitalier, psychiatre, CMP, 31, boulevard Gambetta, 81600 Gaillac, France
  • Mots-clés : agression sexuelle, agression, justice, vérité, mineur, victime, discours, classification de terre, crédibilité
  • DOI : 10.1684/ipe.2010.0702
  • Page(s) : 859-67
  • Année de parution : 2010

En l'état actuel de nos connaissances sur la maltraitance des mineurs, aucune logique ne saurait recommander des entretiens uniquement sous forme de questions-réponses, des enquêtes sans préparation fondée sur la parole de l'un et de l'autre, argumentées de façon pseudo-scientifique par des expertises. Ces enquêtes sont difficiles, longues, mal reconnues, spécifiques.L'enquête est primordiale. L'audition de la victime ne représente que l'un des aspects de ce type d'enquête.L'intime conviction à l'origine du sentiment de crédibilité, ou non, doit s'appuyer sur une identification des éléments à l'origine de ce ressenti, afin de donner les moyens de débattre de cette argumentation. Les auteurs développent les conditions nécessaires à l'audition du mineur victime et livrent leurs réflexions sur l'analyse de la forme du discours.