John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

Burn out des médecins et autres praticiens hospitaliers Volume 94, numéro 1, Janvier 2018

Auteurs
1 Centre Émergence Espace Tolbiac,
75013 Paris, France
Institut mutualiste Montsouris,
Département universitaire
de psychiatrie de l’adolescent,
42 boulevard Jourdan, 75014 Paris,
2 Anesthésiste réanimateur,
membre du bureau de l’APPA
depuis 2003,
La Rochelle, France
3 Psychiatre des hôpitaux honoraire,
vice- président de l’APPA,
ancien chef de service au CH D’Orsay,
91401 Orsay, Essonne, France
4 Pharmacie hospitalière,
APHP Hôpital G. Clemenceau,
91750 Champcueil, France
* Correspondance
  • Mots-clés : épuisement professionnel, médecin, praticien hospitalier, risque suicidaire, addiction, prévention, épidémiologie
  • DOI : 10.1684/ipe.2018.1735
  • Page(s) : 13-8
  • Année de parution : 2018

Le « burn-out », ou syndrome d’épuisement au travail, est très controversé. Il concerne dans une large mesure les professionnels de santé et notamment les médecins. Il est mésestimé, source de dépression, de suicide, de conduites addictives et d’insatisfaction professionnelle.

Le taux de burn-out des médecins français serait compris entre 38 % et 52 % et près d’un quart des médecins (23 %) ne chercheraient pas d’aide s’ils se trouvaient en situation de souffrance psychologique et plus de la moitié (54 %) ne sauraient pas vers qui se tourner.

De fait, la France a donc un certain retard dans la prise en charge de ce fléau même si certains proposent qu’il soit reconnu comme maladie professionnelle.

Cet article a pour objet d’en définir la clinique et de faire une liste non exhaustive des moyens de préventions et d’accompagnement.