John Libbey Eurotext

L'Information Psychiatrique

MENU

Approche du vieillissement à travers l’expérience subjective Volume 83, numéro 3, Mars 2007

Auteur
MCU de Psychologie, HDR, Université d’Angers, Département de Psychologie, UPRES 2646, 11 bd Lavoisier, 49045 Angers

Cet article a pour objet de questionner le regard actuel sur le vieillissement et la mort à l’aide de métaphores qui confrontent deux approches, l’une naturaliste et l’autre phénoménologique. Le rapport au temps chronologique et à ses effets, la conception de la mort comme fin de vie sont évoqués sur un mode analogique afin de suggérer d’autres voies d’analyse et de compréhension. La métaphore du sablier suggère que l’existence se situe dans cet espace entre prise et lâcher-prise, celle du vieux véhicule invite à distinguer une anatomie des apparences du mouvement qui porte à avancer tandis que l’image du blé évoque le processus de transformation toujours à l’œuvre dans la vie. À l’usure du corps fait écho la vitalité d’un psychisme toujours en « partance pour », à la mort comme fin de la vie s’oppose la mort comme inhérente à la vie et seuil. La perspective gérontologique actuelle est naturaliste, unilatéralement orientée sur le corps, les comportements observables et les besoins physiologiques. Elle tend à évacuer l’expérience subjective du vieillissement et la nécessaire prise de sens des enjeux existentiels successifs que l’individu est appelé à vivre au cours de son vieillissement, accessibles par une approche phénoménologique.