John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Utilisation des antiplaquettaires : indications et limites chez les patients âgés Volume 22, numéro 5, Septembre-Octobre 2016

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Service de médecine interne et de réhabilitation, département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie, Hôpital des Trois-Chêne, chemin du Pont Bochet, 3 – CH - 1226 Thônex-Genève – Suisse, Geneva Platelet Group, faculté de médecine de Genève
2 Service d’angiologie et d’hémostase, département des spécialités de médecine, Hôpitaux universitaires de Genève, Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4, CH-1211 Genève 14 - Suisse; Geneva Platelet Group, faculté de médecine de Genève
* Tirés à part

Les agents antiplaquettaires récents, tels que le ticagrélor et le prasugrel, ont apporté un bénéfice en termes de réduction des événements ischémiques dans le cadre des syndromes coronariens aigus (SCA) et de prévention secondaire durant les mois suivants. Ces médicaments, tout comme le clopidogrel, augmentent le risque hémorragique lorsqu’ils sont combinés à l’aspirine et leur utilisation chez les patients âgés ou très âgés n’est pas simple. Les patients âgés de plus de 75 ans souffrant d’un SCA doivent bénéficier, comme les plus jeunes, d’une combinaison d’aspirine et de ticagrélor ou de clopidogrel avec les doses de charge requises. Il est recommandé d’éviter le prasugrel pour cette population âgée. Les patients ayant une fibrillation atriale et une maladie coronarienne en dehors d’un événement ischémique aigu ne devraient bénéficier que d’une anticoagulation seule, sans adjonction d’antiplaquettaires en dehors de cas particulier à haut risque de thrombose coronaire. L’existence d’antécédents hémorragiques sévères chez des patients âgés doit faire reconsidérer les durées de prescription des associations d’antiplaquettaires et parfois même le principe de ces associations en prenant en compte leur rapport bénéfice-risque dans le contexte individuel. Les endoprothèses vasculaires de dernière génération vont certainement contribuer à la modulation du régime antiplaquettaire, en particulier chez ces patients à haut risque hémorragique comme la population âgée.