John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Utilisation de modèles animaux pour l'analyse de l'hématopoïèse humaine Transplantation de cellules humaines chez le mouton : modèle de reconstitution de l'hématopoïèse humaine Volume 2, numéro 6, Novembre - Décembre 1996

Auteurs
INSERM U. 362, Institut Gustave-Roussy, Villejuif.

Des modèles animaux ont été développés récemment qui permettent d'analyser le potentiel de reconstitution in vivo de cellules hématopoïétiques humaines ayant des caractéristiques de cellules souches. Parmi ces modèles, l'établissement d'un modèle xénogénique homme/mouton, dans lequel les cellules humaines sont injectées à des foetus de mouton, offre plusieurs singularités : il tire profit de l'immaturité immunologique qui caractérise ce stade du développement, et de la présence de niches hématopoïétiques « disponibles » dans la moelle foetale. Ces deux paramètres favorisent l'implantation de cellules souches humaines. Aucun conditionnement préalable de l'animal n'est requis, ce qui évite l'altération potentielle de l'environnement du receveur que pourrait engendrer une irradiation ou un traitement par chimiothérapie. Dans ce modèle mouton, les cellules souches hématopoïétiques colonisent la moelle foetale du receveur, et y persistent pendant plusieurs années en conservant leur capacité de différenciation dans de multiples lignées et leur sensibilité aux cytokines. En outre, elles sont capables de s'implanter dans la moelle de receveurs secondaires. La sensibilité de ce modèle est également attestée par sa capacité à discriminer des populations de cellules souches humaines différant par leur potentiel de reconstitution. Toutes ces données confirment donc l'intérêt de ce modèle xénogénique homme/mouton pour l'analyse des potentiels des cellules souches hématopoïétiques humaines.