John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Une nouvelle classe de syndromes myéloprolifératifs : le syndrome myéloprolifératif atypique 8p12 lié au gène FGFR1 Volume 9, numéro 1, Janvier - Février 2003

Auteurs
Inserm-U119, 26, Boulevard Lei-Roure, 13009 Marseille, France

Nous rapportons ici la description clinico-pathologique et moléculaire d'un syndrome myéloprolifératif (SMP) atypique qui présente la particularité d'être associé à des translocations équilibrées touchant la région p12 du bras court du chromosome 8. Le SMP 8p12 est un syndrome proche de la leucémie myéloïde chronique (LMC), mais avec des caractéristiques particulières dont une hyperplasie des lignages myéloïde et lymphoïde avec une fréquence élevée (60 %) de lymphome, et une hyperéosinophilie. Ce syndrome évolue vers une transformation leucémique aiguë myéloïde rapidement fatale. A l'heure actuelle, seule le greffe de moelle osseuse allogénique semble être efficace pour éradiquer ou supprimer le clone malin. L'anomalie chromosomique récurrente détectée dans tous les cas est une translocation équilibrée de la région 8p12 qui va fusionner le gène FGFR1 (fibroblast growth factor receptor 1) avec un autre gène partenaire. A l'heure actuelle, cinq gènes ont déjà été identifiés et clonés : FOP en 6q27, CEP110 en 9q33, FIM/RAMP/ZNF198 en 13q12, HERV-K en 19q13.3, et BCR en 22q11. Les protéines de fusion X-FGFR1 conservent la région N-terminale des protéines sauvages contenant des motifs de dimérisation liée au domaine catalytique intact de FGFR1. Les protéines de fusion sont délocalisées dans le cytoplasme des cellules, sont activées de façon constitutive par dimérisation grâce aux motifs d'oligomérisation dans la partie N-terminale des protéines de fusion et induisent la survie de cellules hématopoïétiques cultivées en absence d'IL-3 via des mécanismes anti-apoptotiques. Ainsi, l'activation constitutive des protéines tyrosine kinases de fusion X-FGFR1 et, par voie de conséquence, l'activation constitutive de signaux intracellulaires de transduction contribuent à l'état néoplasique in vivo du SMP 8p12, un nouveau sous-type bien caractérisé de syndromes myéloprolifératifs chroniques dû à l'activation constitutive de FGFR1. Les voies de transduction ainsi activées et les protéines de fusion bien caractérisées constituent d'excellentes cibles pour une thérapie moléculaire.