John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Un cas de myélome phagocytaire et revue de la littérature Volume 23, numéro 1, Janvier-Février 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteurs
1 Laboratoire d’hématologie
hôpital Lariboisière-Fernand-Widal, Paris
2 Laboratoire de pathologie
hôpital Saint-Louis, Paris
3 Service d’immunohématologie
hôpital Saint-Louis, Paris
4 Laboratoire d’hématologie
hôpital Saint-Louis, Paris
* Tirés à part

L’hémophagocytose par des plasmocytes tumoraux au cours du myélome multiple est rare. Nous en rapportons un cas ; il s’agit d’une patiente de 75 ans pancytopénique. Le myélogramme a mis en évidence une infiltration de plasmocytes atypiques dont 20 % montrent des images d’érythrophagocytose. Les valeurs de la calcémie, de l’urée, de la créatinine et des lactates déshydrogénases étaient normales. Il n’y avait pas de lésions ostéolytiques. Sur la base des quelques cas rapportés dans la littérature, nous constatons que l’hémophagocytose n’apparaît pas associée à des présentations cliniques ni biologiques particulières. Le mécanisme de l’hémophagocytose dans le myélome est peu connu. Des études in vitro ont montré une capacité d’endocytose des plasmocytes myélomateux. Une expression anormale du CD15 a été décrite chez un patient. D’autres auteurs ont montré que les plasmocytes tumoraux pouvaient agir comme des cellules immatures présentatrices d’antigène avec une activité d’hémophagocytose. Ce cas clinique illustre l’intérêt de rechercher une activité d’hémophagocytose par des plasmocytes en cas de pancytopénie importante au cours du myélome. Des études complémentaires restent nécessaires pour expliquer sa physiopathologie.