John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Traitement de la leucémie myéloïde chronique par le STI 571 : résultats préliminaires Volume 7, numéro 5, Septembre - Octobre 2001

Auteur
Laboratoire de greffe de moelle, université Victor-Segalen, UMR-CNRS 5540, 146, rue Léo-Saignat, 33076 Bordeaux.
  • Mots-clés : chromosome Philadelphie, inhibiteurs de tyrosine-kinase, STI 571, gène BCR-ABL.
  • Page(s) : 328-36
  • Année de parution : 2001

La leucémie myéloïde chronique (LMC) est un syndrome myéloprolifératif rare évoluant classiquement en trois phases : après une phase chronique ou stable de 4 ans environ, les malades présentent une phase accélérée puis une crise blastique à partir de laquelle la médiane de vie n'est que de trois mois. Le profil évolutif de la maladie a été modifié au cours des dix dernières années, au moins chez certains patients. Il pourrait l'être encore plus au cours des prochaines années grâce aux progrès réalisés dans la compréhension des mécanismes moléculaires responsables de la prolifération des cellules leucémiques. En effet, l'activité tyrosine-kinase présente dans les cellules leucémiques du fait de l'anomalie génique BCR-ABL, peut être inhibée par de nouvelles molécules très spécifiques. Ces dernières telles que le STI 571 ou imatinib (Glivec®) en cours d'évaluation pourraient être les médicaments du futur. En effet, les premiers essais cliniques viennent d'être publiés avec des résultats spectaculaires montrant que le STI 571 peux entraîner des réponses hématologiques et cytogénétiques. Ces applications thérapeutiques font donc de la LMC une nouvelle fois une maladie modèle et qui pourrait aider au développement de molécules spécifiques dans d'autres tumeurs.