JLE

Hématologie

MENU

Syndrome d’activation macrophagique, primo-infection toxoplasmose et lymphome T Volume 22, numéro 6, Novembre-Décembre 2016

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5

  • Figure 6

Tableaux

Auteurs
1 Service oncologie-hématologie,
2 Laboratoire de biologie,
3 Centre d’imagerie scintigraphie d’Eure et Loir (Cisel),
Centre hospitaliser Louis-Pasteur, 6 rue Claude-Bernard, 28630 Chartres-Le-Coudray
* Tirés à part

Le diagnostic de primo-infection à la toxoplasmose est posé au cours d’un syndrome d’activation macrophagique (SAM) qui sera traité par une chimiothérapie par étoposide. Un mois plus tard, apparaît une adénopathie sus-claviculaire droite, dont l’examen anatomopathologique montre un lymphome T anaplasique ALK+. La toxoplasmose se complique-t-elle d’un SAM qui s’autonomise par la suite en lymphome T, ou bien le patient était-il atteint d’un lymphome T latent, qui a été révélé par un SAM induit par une toxoplasmose ?