John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Sémaphorines et migrations cellulaires Volume 7, numéro 1, Janvier - Février 2001

Auteurs
Unité Inserm U. 448, faculté de médecine, 8, rue du Général-Sarrail, 94010 Créteil.

Les sémaphorines ont été initialement décrites dans le système nerveux central pour leurs propriétés répulsives sur le guidage axonal. Il s'agit d'une famille de molécules caractérisées par la présence d'un domaine dit Sema dans leur région extracellulaire. La découverte de nombreux membres a conduit à la classification en sept sous-familles. Il est apparu que des sémaphorines pouvaient aussi exercer un effet attractif sur les axones conférant à ces molécules une place importante dans la régulation de la migration des cellules nerveuses. De façon intéressante, des sémaphorines ont également été identifiées hors du système nerveux. C'est ainsi le cas pour CD100 découverte initialement pour ses propriétés dans l'activation lymphocytaire humaine puis identifiée comme sémaphorine après clonage du gène correspondant. Il existe également des sémaphorines virales et l'expression d'un certain nombre de gènes de sémaphorine a été corrélée à certaines pathologies comme des cancers ou des pathologies inflammatoires. Il semble que ces sémaphorines « non-nerveuses » puissent participer à la régulation de la migration dans le système immunitaire. Certaines modifient les capacités adhérentes des cellules (comme CD100 ou la sémaphorine de vaccine), d'autres paraissent influer plus directement sur le phénomène de migration avec en particulier un effet inhibiteur de CD100. L'intégration de ces stimuli par rapport aux autres signaux chimiotactiques reste à déterminer.