John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Protéine C activée : de la relation structure/activité à la conception de molécules à propriétés thérapeutiques ciblées Volume 18, numéro 2, Mars-Avril 2012

Auteur
Inserm U 765 AP-HP, Hôpital Européen Georges Pompidou, Service d’Hématologie Biologique, Paris Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, UMR S765 UFR des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques 4, Avenue de l’Observatoire 75006 Paris

La protéine C activée est passée du statut exclusif de principal inhibiteur naturel de la coagulation à celui d’une protéine présentant des propriétés cellulaires (anti-inflammatoire, antiapoptotique, maintien de l’intégrité de la barrière membranaire) tout aussi importantes que ses propriétés sur la coagulation.

Utilisée initialement uniquement en supplémentation pour prévenir l’apparition de coagulations vasculaires disséminées et de purpura fulminans néonataux gravissimes survenant chez les nouveau-nés ayant un déficit héréditaire profond en protéine C, elle a trouvé une nouvelle indication comme traitement adjuvant du sepsis sévère et du choc septique lorsqu’a été décrit l’effondrement de ses taux plasmatiques dans cette pathologie associant coagulation et inflammation cataclysmiques. Une première étude clinique de phase III (étude PROWESS) montrait une amélioration du taux de survie à 28 jours chez les patients en ayant reçu, mais avec un plus grand nombre d’accidents hémorragiques graves – d’où l’idée de tenter d’atténuer l’effet anticoagulant pour diminuer la fréquence de ces derniers.

Les connaissances acquises lors de nombreuses études visant à disséquer les relations structure/fonction de la protéine C ont laissé entrevoir la possibilité de concevoir des recombinants de protéine C dont les propriétés anticoagulantes et cytoprotectrices seraient dissociées. De plus, certains des recombinants ainsi conçus ont apporté à leur tour des renseignements intéressants quant aux fonctions de la protéine C qui étaient mises en jeu lors d’un certain nombre de circonstances physiopathologiques.

Cette revue générale fait la synthèse des différents recombinants de la protéine C conçus, des relations structure/fonction sur lesquelles s’est appuyée leur conception, ainsi que des informations qu’ils ont eux-mêmes apportées en termes de mécanismes physiopathologiques.