John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Plasmocytome solitaire de la thyroïde suivi d’un lymphome B de haut grade, une association exceptionnelle : à propos d’un cas avec revue de la littérature Volume 10, numéro 5, Septembre-octobre 2004

Auteurs
Service de chirurgie viscérale II, Service d’anatomie pathologique, Service d’hématologie, Hôpital militaire d’instruction, Rabat, Maroc

Le plasmocytome solitaire et primitif de la thyroïde est une affection rare. Le lymphome malin non hodgkinien à localisation initiale thyroïdienne est une deuxième entité pathologique relativement rare. Nous rapportons un cas exceptionnel d’association de ces deux affections chez une patiente de 67 ans porteuse d’un goitre ancien multinodulaire qui a augmenté de volume quelques mois avant l’hospitalisation. Les examens clinique et paraclinique n’ont pas montré de signes suspects de malignité. Une thyroïdectomie subtotale a été réalisée et l’étude anatomopathologique a montré un plasmocytome évoluant sur thyroïdite chronique. Le bilan d’extension a montré qu’il était solitaire et primitif. Après 10 mois d’évolution, la patiente a présenté des adénopathies cervicales et la biopsie a montré un lymphome B à grandes cellules. L’évolution est bonne sous chimiothérapie. Hormis le caractère exceptionnel de cette association de deux pathologies rares de la thyroïde, les auteurs insistent, après revue de la littérature, sur les nouveautés dans l’étiopathogénie des plasmocytomes extramédullaires et sur leur place dans les maladies lymphoprolifératives. Nous évoquons aussi le rôle des thyroïdites chroniques et surtout de la thyroïdite de Hashimoto dans la physiopathologie de ces entités pathologiques. Nous discuterons ensuite la place de la chirurgie dans la localisation thyroïdienne de ces pathologies de traitement a priori médical.