John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Pièges extracellulaires des neutrophiles, hémostase et thromboses Volume 23, numéro 2, Mars-Avril 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 UMR CNRS 7292,
université François Rabelais,
Tours, France
2 Laboratoire d’hématologie-hémostase,
37044 Tours Cedex, France
3 Laboratoire d’hématologie,
CHU Reims, France
* Tirés à part

Les polynucléaires neutrophiles (PNN) sont des cellules clés de l’immunité. La production de pièges extracellulaires des neutrophiles (NETs, pour neutrophil extracellular traps) est un mécanisme cellulaire consécutif à l’activation des PNN, qui conduit à la libération de longs fragments d’ADN recouverts de protéines très diversifiées. Les NETs ont un rôle bien décrit dans l’immunité anti-infectieuse, puisqu’ils sont capables de piéger et de détruire les agents pathogènes extracellulaires. Ils peuvent par ailleurs contribuer aux processus d’immunothrombose, impliquant des mécanismes de l’immunité innée et conduisant à la formation de thrombi dans l’arbre vasculaire. En ce sens, les NETs sont impliqués dans toutes les étapes de l’hémostase, en potentialisant l’activation et l’agrégation plaquettaire, en favorisant la coagulation par le biais des facteurs contacts, en inhibant des régulateurs physiologiques, ou encore en constituant une structure tridimensionnelle propice à la formation du caillot de fibrine. Enfin, les NETs semblent également conférer au caillot une certaine résistance à la fibrinolyse. Plusieurs modèles animaux tendent à attribuer un rôle des NETs dans les phénomènes thrombotiques veineux, mais aussi au cours de pathologies artérielles comme l’athérosclérose ou les accidents vasculaire cérébraux. Les données témoignant de leur implication en pathologie humaine, même si elles restent nettement plus limitées, fournissent un espoir quant au développement futur de nouvelles thérapeutiques antithrombotiques à action ciblée.