John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Pathologie moléculaire de l‘anémie sidéroblastique Volume 9, numéro 2, Mars 2003

Auteurs
Division d‘hématologie, hôpital cantonal Universitaire, Genève, Suisse Division d‘hématologie, CHUV, Lausanne, Suisse

On distingue trois formes d‘anémie sidéroblastique (AS) : héréditaire, primaire acquise faisant partie des syndromes myélodysplasiques et secondaire induite par les médicaments et différents toxiques. Une mutation au niveau du gène de l‘ ALAS2 (ALA‐synthétase 2) est de loin la cause la plus fréquente de l‘AS héréditaire. Jusqu‘à présent, 28 mutations différentes ont été décrites et leur transmission liée à l‘X a permis de tirer des conclusions intéressantes concernant l‘inactivation du chromosome X chez certaines femmes avec une apparition tardive de la maladie. L‘AS avec ataxie s‘est révélée être secondaire à des mutations au niveau d‘un autre gène lié à l‘X, le gène ABC7 qui code pour un transporteur de la membrane mitochondriale. Le syndrome de Pearson constitue un exemple de pathologie mitochondriale primaire conduisant, entre autres, à une AS. Enfin, dans la forme à transmission autosomale, seule l‘anémie mégaloblastique avec réponse à la thiamine (TRMA) a été élucidée au niveau moléculaire. L‘AS primaire acquise (ASPA) peut être caractérisée soit par une atteinte érythrocytaire pure (excellent pronostic), soit par une dysplasie touchant toutes les lignées (risque accru de transformation leucémique), soit enfin être associée à une thrombocytose. Sur le plan moléculaire, au moins 18 mutations différentes ont été décrites au niveau du ADN mitochondrial du tissu hématopoïétique, alors que le ADN des mitochondries de la muqueuse buccale ou le ADN fibroblastique était intact. L‘avantage prolifératif du clone sidéroblastique, la mise en évidence dans environ 30 % des cas d‘anomalies au niveau du caryotype et une possible évolution vers une leucémie font fortement suspecter que d‘autres mutations somatiques ‐ au niveau de la cellule souche hématopoïétique influençant la prolifération, la différenciation, la maturation des précurseurs hématopoïétiques ‐ sont également présentes. Ces mutations sont pour le moment indéterminées. Le mécanisme d‘AS secondaire au Pb, Zn, chloramphénicol et certains antituberculeux est actuellement élucidé.