John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Les nouvelles options thérapeutiques non ciblées dans les leucémies aiguës myéloïdes non éligibles à un traitement intensif Volume 27, supplément 2, Mars 2021

Auteurs
1 Department of Oncology, Division of Hematology, A.O.U. Città della Salute e della Scienza di Torino, Presidio Molinette, Torino, Italy
2 Université de Paris, Génomes, biologie cellulaire et thérapeutique U944, Inserm, CNRS, F-75010 Paris, France
3 Service hématologie adultes, hôpital Saint-Louis, AP-HP, Paris, France
* Tirés à part

Le paysage thérapeutique des leucémies aiguës myéloïdes (LAM) est en plein bouleversement, depuis quelques années, grâce au développement de plusieurs nouvelles molécules efficaces. Ces progrès sont particulièrement notoires pour les patients âgés inéligibles à la chimiothérapie intensive, dont les options thérapeutiques étaient jusque récemment très limitées, et le pronostic particulièrement défavorable. L’association de l’inhibiteur du BCL2, vénétoclax, avec l’azacitidine a montré un bénéfice significatif de survie globale par rapport à l’azacitidine seule. Des rémissions prolongées avec cette bithérapie ont été observées, en particulier dans certains sous-groupes moléculaires tels que ceux associés aux mutations des gènes NPM1 ou IDH2. L’association d’un agent hypométhylant (ou de cytarabine à faible dose) avec de nouveaux médicaments, comme le glasdegib, un inhibiteur de la voie de signalisation Hedgehog, donne des résultats prometteurs, et des nouvelles stratégies de ciblage de l’épigénome ou d’immunothérapie sont en cours d’essais cliniques. Des approches de médecine de précision, y compris basées sur des plateformes de criblage pharmacologique, sont de plus en plus intégrées dans l’évaluation de stratégies thérapeutiques personnalisées. Nous passons ici en revue les avancées récentes les plus pertinentes dans le traitement des patients âgés atteints de LAM inéligibles aux traitements intensifs, à l’exclusion des thérapies ciblant directement les oncogènes récurrents.