John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Modulation par le cycle cellulaire de l'implantation des cellules souches hématopoïétiques Volume 8, numéro 6, Novembre - Décembre 2002

Auteurs

En état stationnaire, les cellules souches hématopoïétiques (CSH) résident en majorité en phase G0 du cycle cellulaire. Leur progression mitotique peut être induite in vitro à l'aide de cytokines activatrices dans le but d'obtenir leur multiplication ou comme étape préparative au transfert génique par vecteur rétroviral. Par rapport aux CSH quiescentes, les CSH activées ont une capacité réduite à soutenir la récupération hématopoïétique d'un hôte conditionné. Ce phénomène n'est pas causé par un phénomène de différenciation irréversible mais est au contraire rythmé par le parcours du cycle cellulaire. En effet, la transplantabilité des CSH activées est ramenée à son niveau initial une fois le cycle cellulaire achevé ou après retrait des stimuli mitogènes. Nous présentons ici les arguments expérimentaux indiquant que l'activation mitotique des CSH et progéniteurs provoque une altération de leur capacité à s'implanter dans la moelle de l'hôte. En premier lieu, l'adhérence au stroma médullaire augmente lors de la progression de progéniteurs en phases actives du cycle. Plus particulièrement, l'adhérence à la fibronectine (Fn) de progéniteurs activés ex vivo est stimulée en phase S/G2+M. Cette stimulation est réversible après terminaison du cycle. Des deux récepteurs cellulaires à la Fn, les intégrines VLA (very late antigen) -4 et VLA-5, les stimuli mitogènes induisent une inactivation fonctionnelle de VLA-4 et une augmentation de l'affinité de VLA-5. L'accroissement d'adhérence à la Fn est associée à une diminution de motilité cellulaire. Contrairement à la Fn, l'adhérence à VCAM (vascular cell adhesion molecule) -1, autre ligand essentiel du stroma médullaire, diminue de façon réversible lors du parcours du cycle. Enfin, on constate que les progéniteurs activés perdent leur capacité à répondre aux stimuli inhibiteurs déclenchés par l'engagement des récepteurs d'adhérence VLA-4 et PSGL (P-selectin glycoprotein ligand) -1. Des travaux ultérieurs devront préciser le rôle de ces phénomènes dans la transplantabilité inefficace des CSH activées et définir les moyens de surmonter ce qui peut constituer un obstacle majeur à la transplantation clinique de CSH multipliées ex vivo.