John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Leucémies aiguës myéloïdes et greffes à conditionnement atténué : où en sommes nous ? Volume 13, numéro 1, Janvier-Février 2007

Auteurs
Service d’hématologie clinique, CHU Henri-Mondor, 94000 Créteil

Le développement des greffes à conditionnement d’intensité réduite (CIR) modifie depuis plusieurs années l’approche des hémopathies graves chez les patients de plus de 50 ans, en particulier dans les leucémies aiguës myéloïdes (LAM). L’expérience initialement développée pour les patients ayant des contre-indications à une greffe classique – dont l’âge – remet en question l’indication de la greffe et le choix de son conditionnement à la fois pour les plus âgés, mais aussi pour les adultes de moins de 50 ans. À l’heure présente, sont disponibles les résultats d’études ouvertes d’une part, des comparaisons de séries historiques après conditionnement classique ou atténué d’autre part. Les données de la littérature s’accordent sur deux points : 1) l’approche à CIR réduit la mortalité liée à la greffe, en particulier la mortalité précoce et les complications infectieuses des trois premiers mois. Cette réduction est moins évidente 1 à 2 ans après la greffe ; 2) le taux de rechute leucémique pourrait être plus élevé après CIR. Cependant, ces séries ne montrent finalement pas de bénéfice franc du CIR par rapport à l’approche classique en termes de survie sans rechute à moyen terme. Les données restent d’interprétation difficile en raison de l’âge habituellement plus élevé des patients recevant un CIR, de l’hétérogénéité des conditionnements dans la littérature, et des facteurs pronostiques variables des maladies traitées. L’approche à CIR reste cependant extrêmement encourageante et justifie le développement d’études prospectives pour répondre à deux questions :– Quelle est la place de l’allogreffe à CIR par rapport à la chimiothérapie chez les patients de plus de 50 ans qui sont habituellement récusés pour l’allogreffe conventionnelle et chez lesquels le pronostic de la LAM est mauvais ?– Quel est le bénéfice d’un CIR chez les patients plus jeunes, susceptibles de bénéficier des deux approches ?Le propos de cet article est de rappeler les indications actuelles de l’allogreffe classique dans les LAM, de rappeler le rationnel des greffes à conditionnement d’intensité réduite, de faire le point des données de la littérature sur les allogreffes à CIR dans les LAM, et de discuter les principales questions posées à court et moyen terme sur l’indication et le conditionnement de la greffe.