John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Les tests de résistance aux médicaments en oncologie: l'exemple des leucémies aiguës myéloïdes (LAM) Volume 2, numéro 5, Septembre - Octobre 1996

Auteurs
Laboratoire d'hématologie, hôpital Haut-Lévêque, 33604 Pessac.

Ces dernières années, afin d'améliorer le pronostic des cancers traités par chimiothérapie, de nombreux tests ont été développés pour prédire l'efficacité clinique des médicaments utilisés en oncologie. Comme il est plus aisé d'obtenir des suspensions cellulaires viables dans le cas des leucémies aiguës (LA), ils ont été surtout décrits dans ce cadre. On peut schématiquement les diviser en tests fonctionnels et en tests de biochimie et de cinétique cellulaire. Les tests fonctionnels comprennent le DiSC (differential staining cytotoxicity), la réduction du MTT, le FMCA (fluorometric microculture cytotoxicity assay) et les tests de clonogénicité. Ces derniers qui, contrairement aux trois autres, permettent d'étudier la chimiosensibilité des progéniteurs leucémiques sont très longs à réaliser. Ils ont tous été corrélés au résultat du traitement. Les tests biochimiques et de cinétique cellulaire sont basés sur la réponse spécifique des cellules leucémiques à des agents antinéoplasiques (Ara-C et anthracyclines essentiellement). L'activité proliférative (pourcentage de cellules en phase S) et la vitesse de synthèse de l'ADN mesurée par cytométrie en flux (CFM) avant et après incubation des cellules leucémiques avec l'Ara-C est bien corrélée avec la réponse au traitement. L'influence de l'expression de la GP-170 (résistance liée à mdr1) sur la réponse au traitement fait l'objet de nombreuses études mais elle est encore controversée, car elle dépend du stade de la maladie et de la méthode utilisée pour sa détection. D'autres mécanismes de résistance sont décrits: surexpression du gène MRP(multidrug resistance-associated protein), diminution du taux en topo-isoméraseII*, augmentation de celui en glutation-S-transférase pi. Le niveau de l'apoptose des cellules leucémiques induite par la chimiothérapie semble aussi lié à la chimiorésistance. Il est certain que la résistance au médicament n'est pas monofactorielle et que de nouveaux tests de résistance au traitement sont nécessaires. Ils doivent bénéficier d'évaluations plus standardisées afin de pouvoir être inclus dans une stratégie thérapeutique générale et aider à prédire la résistance au traitement.