John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Les progéniteurs endothéliaux circulants : réalités et promesses pour de nouvelles thérapies de l'angiogenèse Volume 7, numéro 1, Janvier - Février 2001

Auteurs
Inserm U. 506, bâtiment Lavoisier, hôpital Paul-Brousse, 12, avenue Paul-Vaillant-Couturier, 94807 Villejuif cedex.

Un nombre croissant d'études indique qu'au cours du développement les cellules endothéliales et les cellules hématopoïétiques dérivent d'un même progéniteur appelé « hémangioblaste ». Cependant, si l'existence de l'hémangioblaste est admise chez l'embryon, sa persistance chez l'adulte est une hypothèse récente, liée à la découverte de progéniteurs endothéliaux (angioblastes) circulant dans le sang périphérique chez l'adulte. Ces angioblastes ont très probablement une origine médullaire. Ils peuvent être mobilisée dans la circulation par différents facteurs de croissance tels le VEGF ou le G-CSF. Ces cellules sont fonctionnelles puisqu'elles s'incorporent aux vaisseaux formés dans les sites d'angiogenèse active. Des populations enrichies en angioblastes circulants peuvent être obtenues en triant les cellules sanguines à l'aide de différents marqueurs, tels CD34, Ac133, Flk-1/KDR ou des marqueurs spécifiques de l'endothélium tel que la VE-cadhérine. Lorsque ces cellules sont mises en culture, elles forment des foyers qui croissent lentement pendant environ deux semaines. Par la suite, elles acquièrent un haut potentiel prolifératif qui se maintient pendant plusieurs semaines. Cette cinétique de prolifération est différente de celle des cellules endothéliales de la paroi des vaisseaux dont le nombre de division est beaucoup plus restreint. Si le rôle physiologique réel des angioblastes circulants n'est pas encore clairement établi, leurs propriétés fonctionnelles permettent d'envisager une utilisation potentielle de ces cellules pour de nouvelles thérapeutiques dans des pathologies mettant en cause l'angiogenèse. Tout d'abord, plusieurs expériences réalisées chez l'animal montrent que ces angioblastes sont capables d'améliorer la revascularisation de tissus ischémiques. Ensuite, des études récentes montrent que l'angiogenèse médullaire est augmentée dans certaines leucémies. Par ailleurs, les cellules leucémiques sécrètent des facteurs pro-angiogéniques, tel le VEGF. La découverte récente, chez des patients atteints de leucémie myéloïdes chroniques que le gène de fusion bcr/abl, caractéristique des cellules leucémiques, était aussi présent dans les cellules endothéliales circulantes, montre que la translocation avait eu lieu dans des hémangioblastes médullaires. Ces observations vont dans le sens d'une implication de l'angiogenèse médullaire dans le processus de la leucémogenèse dont l'inhibition pourrait constituer une nouvelle stratégie dans le traitement des leucémies. Enfin, des expériences réalisées chez le macaque montrent que les angioblastes circulants se prêtent au transfert de gène ; ils sont douées d'un tropisme spécifique pour les sites de néoangiogenèse et sont aussi capables de délivrer localement des agents cytotoxiques. Ainsi, les angioblastes circulants constituent un outil de thérapie génique et cellulaire original et prometteur.