John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

L’anémie de Blackfan-Diamond : un modèle de maladie ribosomique Volume 15, numéro 1, janvier-février 2009

Auteurs
Inserm U790, Villejuif, Université Paris-VII, Paris, Hôpital Robert-Debré, Paris, Hôpital Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, Université Paris-Sud, Villejuif, Centre de dépistage de la drépanocytose, Paris, Hôpital Saint-Louis, Paris

L’anémie de Blackfan-Diamond (ABD) est une maladie rare associant une érythroblastopénie, un retard de croissance fréquent et des malformations congénitales variées. En 1997, la découverte, chez une petite fille suédoise atteinte d’ABD, d’une translocation équilibrée 46, XX, t(X;19) a permis de conduire à l’identification du premier gène incriminé dans cette pathologie : le gène de la protéine ribosomique S19 (RPS19). L’ABD devenait ainsi la première maladie ribosomique reconnue. Les modèles animaux d’invalidation du gène RPS19 ont malheureusement peu contribué à une meilleure compréhension de la maladie. En revanche, la levure Saccharomyces cerevisiae a permis de préciser le rôle pathogène de la RPS19 dans un modèle eucaryote avec caractérisation du défaut responsable de l’ABD. La déplétion de l’un des deux gènes rps19A ou rps19B chez S. cerevisiae entraîne une altération de l’assemblage des ribosomes au niveau de la petite sous-unité 40S, et en particulier au niveau de la maturation de la particule pré-40S. Ce défaut de la biogenèse des ribosomes a été retrouvé dans des fibroblastes cutanés et des cellules lymphoblastoïdes infectées par EBV issus de patients atteints d’ABD, pour lesquels une mutation du gène RPS19 avait été identifiée. L’ABD a été la première maladie décrite résultant d’un défaut de la biogenèse du ribosome. Depuis, d’autres maladies telles que la dyskératose congénitale, l’hypoplasie cartilage-cheveu (cartilage hair hypoplasia des Anglo-Saxons), le syndrome de Shwachman-Diamond et le syndrome de Treacher-Collins ont également été rapportés à une anomalie de la biogenèse du ribosome, venant ainsi constituer un nouveau groupe nosologique. Plus récemment, une maladie hématologique acquise, le syndrome myélodysplasique, 5q-, a rejoint ce groupe de maladies. L’atteinte hématologique dans le 5q- est secondaire à l’haplo-insuffisance de RPS14. Les maladies du ribosome entraînent le plus souvent une insuffisance médullaire portant sur une ou plusieurs lignées, un risque non négligeable de cancer et sont associées à des gènes variés qui codent pour une protéine ayant une localisation majoritairement nucléolaire, renforçant leur rôle dans la maturation des ARN ribosomiques (ARNr). Dans l’ABD, après RPS19, d’autres gènes impliqués ont pu être identifiés. Il s’agit aussi de gènes de protéines ribosomiques : RPS24, RPS17, RPL5, RPL11 et RPL35a. D’autres sont en cours d’identification. Tous codent pour des protéines ribosomiques, et sont aussi concernés des gènes codant pour des protéines de la grande sous-unité ribosomique (RPL5, RPL11, RPL35a). Cela donne une unité étiologique à une maladie dont le phénotype est hétérogène. Cependant, nul ne s’explique encore comment une anomalie de l’assemblage du ribosome, processus nécessaire à la production de l’ensemble des protéines de l’organisme, n’entraîne qu’un défaut de l’érythropoïèse et de façon inconstante des malformations congénitales.