John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

L'anémie de Fanconi : des gènes à la fonction Volume 7, numéro 6, Novembre - Décembre 2001

Auteurs
Institut Curie - Recherche, UMR 218 du CNRS, 26, rue d'Ulm, 75248 Paris cedex 05.

L'anémie de Fanconi (AF) est une maladie génétique rare de phénotype complexe incluant une pancytopénie, des anomalies du développement et une prédisposition élevée aux leucémies aiguës myéloïdes. Au niveau cellulaire, on constate une hypersensibilité aux agents pontant l'ADN et une fréquence élevée d'aberrations chromosomiques, caractéristiques utilisées pour le diagnostic. L'AF résulte de mutation dans l'un des huit gènes FANCA, B, C, D1, D2, E, F et G. Six de ces gènes ont été clonés et caractérisés. À l'exception de la protéine FancD2 à ce jour aucune homologie n'a été trouvée avec des protéines répertoriées. Il a été récemment montré que les protéines Fanc interagissent pour former un complexe nucléaire multimérique. Les mutations dans l'un quelconque des gènes FANC empêchent la formation d'un complexe fonctionnel. Diverses observations dont l'interaction de FancD2 avec la protéine Brca1 associée à la forme héréditaire du cancer du sein suggèrent fortement un rôle de ce complexe dans la réparation par recombinaison des ruptures double brin d'ADN. De plus, l'une de ces protéines FancC, en partie localisée dans le cytoplasme, jouerait un rôle dans le contrôle des voies de l'apoptose induite par l'interféron gamma et le TNF-alpha. Cette protection des cellules hématopoïétiques se produirait par l'intervention de FANCC en réponse aux dommages oxydatifs. La greffe de moelle osseuse reste pour le moment la thérapie privilégiée de cette maladie. L'analyse des protéines Fanc et l'identification précise de leur fonction devraient aboutir à des thérapies nouvelles.