John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Hémopathies malignes : sexualité, fertilité et grossesse I. Fertilité des couples et fertilité masculine Volume 7, numéro 2, Mars - Avril 2001

Auteur
Laboratoire d'hématologie immunologie cytogénétique, hôpital de Bicêtre, 78, rue du Général-Leclerc, 94275 Le Kremlin-Bicêtre cedex.

Les traitements des hémopathies malignes peuvent affecter la fertilité des couples dont l'un des partenaires a été traité. Les effets sur la fertilité dépendent du sexe, de l'âge au moment du traitement et du type de traitement utilisé. La fertilité masculine est particulièrement affectée par les agents alkylants. La radiothérapie est par elle-même gonadotoxique et cet effet est potentialisé par la polychimiothérapie. La toxicité des drogues ou de la radiothérapie dépend de l'état quiescent ou en cycle des cellules et de leur degré de différenciation. Les principales cellules cibles sont les cellules germinales. Ces éléments peuvent expliquer la meilleure chimio- et radiorésistance des testicules pré-pubertaires. Les altérations de la spermatogenèse surviennent rapidement au cours des traitements. Les possibilités et les délais de récupération sont variables et fonction des doses et associations thérapeutiques. L'examen spermiologique seul, peut répondre à la question sur la fertilité. Les techniques nouvelles d'assistance médicale à la procréation comme l'injection intracytoplasmique d'un spermatozoïde dans l'ovocyte (ICSI) peuvent être proposées en cas de récupération incomplète de la spermatogenèse. Le risque de génotoxicité, bien que potentiel n'a jamais été mis en évidence significativement dans le devenir des grossesses obtenues chez les partenaires d'hommes traités. Une grande prudence est néanmoins recommandée et l'autoconservation des gamètes avant traitement, lorsqu'elle est possible, est nécessaire. D'autres aspects intéressant le développement psycho-sexuel des adolescents traités et la sexualité à l'âge adulte commencent à être abordés.