John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Greffe dans la drépanocytose : résultats, indications et perspectives Volume 22, numéro 2, Mars-Avril 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6

Tableaux

Auteurs
Centre de référence de la drépanocytose, CHIC, Créteil
Unité d’hématologie adolescents jeunes adultes, hôpital Saint-Louis, Paris
* Tirés à part

La drépanocytose dans sa forme homozygote SS reste une maladie très sévère, responsable d’une mortalité précoce chez l’adulte et d’une morbidité intense malgré les progrès considérables apportés par l’utilisation de l’hydroxyurée et des transfusions. La greffe géno-identique myéloablative proposée en France depuis vingt-cinq ans – tout d’abord chez l’enfant, l’adolescent et le jeune adulte présentant une forme sévère – permet maintenant l’obtention de la guérison chez 97 % d’entre eux. La mortalité liée à la greffe et le risque de rejet ont été réduits chacun à moins de 2 % avec l’antithymoglobuline (ATG), et moins de 1 % des patients vivent avec une réaction du greffon contre l’hôte (GvH) chronique invalidante. De ce fait, les indications en ont été élargies aux formes moins sévères et en particulier chez les enfants détectés à risque de vasculopathie cérébrale par le Doppler transcrânien. Aux États-Unis, l’utilisation de conditionnements non myéloablatifs a par ailleurs permis l’extension des indications aux adultes ayant un donneur géno-identique avec des survies sans maladie de 87 % et sans GvH. Par contre les essais de greffes non apparentées ont exposé les patients à un trop grand risque de rejets et de GvH en grande partie du fait des disparités HLA entre les donneurs de fichiers et ces patients d’origine africo-antillaise. Les résultats des greffes haplo-identiques à conditionnement réduit utilisant une prévention de la GvH basée sur le cyclophosphamide post-greffe sont intéressants avec des chances de guérison de l’ordre 60-70 %, un risque faible de GvH et l’avantage de donner accès à la greffe à presque tous les patients. Enfin, la thérapie génique apporte de grands espoirs pour ces patients qui pourraient tous être des candidats potentiels.