John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Epidémiologie et facteurs étiologiques des syndromes myélodysplasiques Volume 3, numéro 5, Septembre-Octobre 1997

Auteurs

Les données épidémiologiques spécifiques aux syndromes myélodysplasiques sont rares. Pour cette affection du sujet âgé et à prédominance masculine, dont le taux d'incidence varie entre 1 et 4 pour 100 000 personnes par année, les multiples dénominations et classifications qui ont eu cours avant la détermination de la classification FAB ont rendu difficile l'exploitation des données étiologiques. La responsabilité des radiations ionisantes, qu'il s'agisse d'exposition accidentelle, professionnelle ou à visée thérapeutique, ne fait aucun doute, de même que celle du benzène et de la chimiothérapie anticancéreuse. Les autres hypothèses qui ont été évoquées pour les leucémies aiguës myéloïdes restent encore à démontrer pour les syndromes myélodysplasiques tels que le radiodiagnostic, l'exposition aux radiations non ionisantes, à des solvants autres que le benzène, aux éthers de glycol, à l'oxyde d'éthylène, aux produits agricoles, au tabac. La genèse des syndromes myélodysplasiques comme celle d'autres affections est assurément multifactorielle, faisant intervenir non seulement l'exposition à certaines nuisances professionnelles ou de l'environnement, mais également des facteurs génétiques.