John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Effets secondaires cutanéomuqueux de l’hydroxyurée : étude prospective sur 27 patients Volume 12, numéro 4, Juillet-Août 2006

Auteurs
Service de dermatologie, CHU Hôtel-Dieu, place Alexis Ricordeau, 44093 Nantes Cedex, Service d’hématologie, CHU Hôtel-Dieu, Nantes

Les effets secondaires cutanéomuqueux de l’hydroxyurée sont connus, mais afin de mieux préciser leur incidence, leurs caractéristiques et facteurs favorisants, nous avons réalisé une étude prospective. Entre 2000 et 2003, 27 patients traités par hydroxyurée pour syndromes myéloprolifératifs ont été adressés à la consultation de dermatologie par les hématologues pour le diagnostic et la prévention des complications cutanéomuqueuses de ce traitement. La durée moyenne de traitement était de 68 mois, avec une posologie quotidienne moyenne de 1,075 g et une dose cumulée moyenne de 1939,6 g. Quatre-vingt-neuf pour cent des patients présentaient des effets secondaires cutanéomuqueux. Il s’agissait de : sécheresse cutanée (55 % des cas), kératoses actiniques (52 %), prurit (33 %), onychodystrophie (30 %), hyperpigmentation cutanée (26 %) et unguéale (18 %), kératodermie palmoplantaire (26 %), ulcération cutanée (22 %), pseudo-dermatomyosite (22 %), alopécie (18 %), et aphtes (11 %).Ces effets secondaires cutanéomuqueux étaient observés à partir d’une dose cumulée de 2 kg. La photoprotection avait un effet préventif net sur l’hyperpigmentation cutanée, les kératoses actiniques et les carcinomes cutanés. Elle doit donc être fortement conseillée dès l’initiation du traitement.