John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Apport de l'hybridation in situ en fluorescence (FISH) en cytogénétique hématologique Volume 1, numéro 4, Juillet - Août 1995

Auteur
INSERM U. 119 et Département de biologie, Institut Paoli-Calmettes, 232, boulevard de Sainte-Marguerite, 13273 Marseille Cedex09.

L'hybridation in situ en fluorescence (FISH) est une technique récente qui a considérablement amélioré l'analyse cytogénétique des hémopathies malignes. L'utilisation appropriée de sondes moléculaires révélées par fluorescence permet de détecter des anomalies chromosomiques de nombre et de structure aussi bien dans les métaphases que dans les noyaux interphasiques. Ces anomalies ont une valeur diagnostique et pronostique et peuvent servir de marqueur de maladie résiduelle. La FISH sur noyaux interphasiques permet de détecter des clones malins à faible index mitotique et/ou minoritaires. La FISH sur métaphases permet de préciser un caryotype difficile, de visualiser une microdélétion ou une microtranslocation invisibles au caryotype. À l'aide d'exemples pris dans la littérature, les applications, les avantages et les limites de la FISH sont discutés dans cette mini-revue.