John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Perception des risques sanitaires de la pollution de l’air à Beyrouth, Liban Volume 17, numéro 3, Mai-Juin 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7

Tableaux

Auteurs
1 Doctorant en géographie
Option environnement et aménagement de territoires
Université du Littoral Côte d’Opale
Université Saint Joseph de Beyrouth
Faculté des lettres et des sciences humaines
Rue de Damas Beyrouth
B.P. 17-5208 Mar Mikhaël
Beyrouth 1104-2020
Liban
2 Chef du département de géographie
Déléguée à la recherche de la Faculté des lettres et des sciences humaines
Université Saint Joseph de Beyrouth
Rue de Damas Beyrouth
B.P. 17-5208 Mar Mikhaël
Beyrouth 1104-2020
Liban
3 Maître de conférences HDR
Université du Littoral Côte d’Opale / Laboratoire territoires, villes, environnement & société (EA 4477)
Maison de la recherche en sciences de l’homme
21, quai de la Citadelle
59140 Dunkerque
France
* Tirés à part
  • Mots-clés : pollution de l’air, perception, risques sanitaires, Liban
  • DOI : 10.1684/ers.2018.1159
  • Page(s) : 269-77
  • Année de parution : 2018

Le trafic routier est un problème important dans la capitale libanaise ; il s’agit d’une des principales sources de pollution atmosphérique à Beyrouth. Des études sur la qualité de l’air ont montré, dès 2003, que les concentrations en NO2 et PM10 dépassent toujours les limites fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Sur le plan sanitaire, il existe une corrélation entre l’admission hospitalière pour des maladies respiratoires et cardiovasculaires et les pics de PM10 dans la ville.

Afin d’étudier la perception du public sur la pollution de l’air et ses impacts sanitaires, une enquête a été menée dans la région métropolitaine de Beyrouth sur un échantillon de 414 personnes, entre mars et avril 2016.

Les résultats ont montré que la pollution de l’air est perçue comme le principal risque environnemental, malgré une crise importante du traitement des déchets solides lors de l’exécution de l’enquête. La population perçoit que la qualité de l’air est très mauvaise et qu’elle s’est dégradée durant les cinq dernières années. Seulement 50 % perçoivent l’impact sur leur santé, mais 85 % la perçoivent comme affectant la santé générale de la population beyrouthine. Les maladies nommées comme résultantes de la pollution atmosphérique sont les maladies pulmonaires, les allergies et les cancers.

Sur un autre plan, les Beyrouthins ne sont pas informés des politiques environnementales, et n’ont pas confiance dans leurs décideurs, ni dans les experts. Les Beyrouthins ne tentent pas de diminuer cette pollution, ni de changer leur comportement pour essayer d’y échapper.

En conclusion, malgré la bonne perception de la présence de cette pollution et ses impacts sanitaires, les Beyrouthins ont une attitude fataliste envers ce risque environnemental. On se retrouve donc face un double problème : les Beyrouthins ne connaissent généralement pas les actions et politiques de lutte contre cette pollution, et ne sont pas prêts à prendre d’initiative personnelle.