John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

À propos du rapport au Premier ministre : « L’impact de l’Accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada (AECG/CETA) sur l’environnement, le climat et la santé » Volume 17, numéro 2, Mars-Avril 2018

Auteur
Société française de santé et environnement (SFSE)
Université Paris Diderot
Bâtiment Buffon - Case courrier 7073
4, rue Marie Andrée Lagroua Weill Hallé
75205 Paris cedex 13
France
* Tirés à part
  • Mots-clés : commerce mondial, accord international, libre échange, Union européenne, Canada, santé publique, santé environnementale, climat, expertise, réglementation, droit de veto, responsabilité juridique
  • DOI : 10.1684/ers.2017.1124
  • Page(s) : 169-75
  • Année de parution : 2018

Un groupe de neuf experts indépendants coordonné par Katheline Schubert, nommés par le gouvernement français, a rendu le 8 septembre 2017 un rapport au Premier ministre qui fait une analyse de l’impact prévisible sur l’environnement, le climat et la santé d’une application en l’état de l’Accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada (CETA) juste avant son entrée en vigueur à titre provisoire. Ce rapport est dépassionné mais critique. Après avoir détaillé les lacunes et insuffisances de l’accord dans ces domaines, ainsi que les divergences entre les deux parties, il aboutit à neuf propositions d’amendement portant sur quatre sujets principaux : la nécessité d’un bon processus d’arbitrage public entre États et investisseurs qui soit respectueux de la démocratie, la nécessité d’un bon processus de convergence réglementaire, le principe de réciprocité et le veto climatique. Après la présentation de ce travail, une prospective, qui se veut optimiste, est engagée. D’abord, une réflexion sur le caractère transitoire et donc évolutif d’un tel accord est menée à la lumière de la transition vers le global des sociétés de marché, qui est observée par certains philosophes, sociologues et juristes. Et pour finir, une ouverture sur l’avenir avec la présentation d’objectifs d’évolution du droit particulièrement importants pour la santé publique et la santé environnementale : instaurer un droit de veto humain dans les régulations globales, encadrer par un code strict de déontologie l’expertise scientifique décisionnaire, garantir la transparence de la gouvernance des risques sanitaires et réformer la responsabilité juridique pour prendre en compte les causalités multiples ou incertaines.