JLE

Epilepsies

MENU

Contribution de la médecine helvétique des XVIII e et XIX e siècles à l’épileptologie clinique : les œuvres de Tissot et de Herpin Volume 20, numéro 2, avril-mai-juin 2008

Auteur
20, route de Narbonne, 11200 Thézan des Corbières

Tissot et Herpin restent deux grandes figures historiques de l’épileptologie clinique. Tissot (1728-1797) fit ses études de médecine à Montpellier et pratiqua son art à Lausanne. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages dont le Traité de l’épilepsie, publié en 1770, dans lequel il aborde, avec un grand sens clinique, de multiples aspects de la maladie épileptique. On lui doit en particulier la description clinique des crises, et notamment les absences, le mode de survenue des crises, les fondements du traitement antiépileptique et le pronostic. Herpin (1799-1865), exerça la médecine à Genève pendant près de trente ans. Il décrit remarquablement, dans Des accès incomplets de l’épilepsie, les signes essentiels de l’épilepsie myoclonique juvénile de même que la sémiologie des crises partielles motrices, reprise plus tard par Jackson. De sa pratique quotidienne, il nous enseigne, dans sa thèse, Du pronostic et du traitement cutatif de l’épilepsie, que 25 % des patients traités sont résistants au traitement et que 5 % ont une évolution naturelle « bénigne ». Il analyse avec une grande sagacité les facteurs de la pharmaco-résistance.