John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Cytogénétique, cytogénomique et cancer Volume 89, numéro 2, Février 2002

Auteurs
Laboratoire de génomique cellulaire des cancers, UMR 1599 CNRS et Département de pathologie, Institut Gustave-Roussy, 39, rue Camille-Desmoulins, 94805 Paris-Villejuif Cedex.
  • Mots-clés : cytogénétique, Fish, CGH, cytogénomique.
  • Page(s) : 161-5
  • Année de parution : 2002

L'étude des chromosomes dans les proliférations malignes a démontré le rôle essentiel des remaniements chromosomiques acquis dans l'oncogenèse et la progression tumorale. Il peut s'agir d'effets de position (fusion ou dérégulation de gènes) révélés par des translocations, des inversions ou des anomalies quantitatives (perte, gain, amplification). Les méthodes d'investigation qui ont considérablement progressé, passant de l'étude morphologique en bande du caryotype à l'hybridation in situ de séquences spécifiques de gènes ou de chromosomes communément appelées peintures chromosomiques, permettent une caractérisation très fine de ces remaniements de structure, mais aussi des anomalies quantitatives. Ces dernières peuvent aussi être détectées par l'hybridation in situ comparative (CGH), actuellement sur chromosomes normaux, plus tard sur des micro-matrices. On se rend compte ainsi de la réalité du processus multi-étape dans la plupart des tumeurs solides. Leurs anomalies chromosomiques sont de plus en plus utilisées pour leur intérêt diagnostique et leur valeur pronostique.