John Libbey Eurotext

Virologie

MENU

DC‐SIGN : un récepteur viral à large spectre Volume 8, numéro 2, mars-avril 2004

Auteurs
Laboratoire d’immunologie virale, Département de médecine moléculaire Groupe Virus et Immunité, URA CNRS 1930, Département de virologie, Institut Pasteur, 28, rue du Docteur‐Roux, 75724 Paris Cedex 15 Adresse actuelle : Hong‐Kong Pasteur Research Centre, 1\F Dexter HC Man Building, 8, Sassoon Road, Pokfulam, Hong Kong
  • Mots-clés : DC‐SIGN, cellules dendritiques, récepteurs, entrée virale, VIH, HCV
  • Page(s) : 113-24
  • Année de parution : 2004

L’identification de la molécule DC‐SIGN, une lectine exprimée à la surface des cellules dendritiques et des macrophages, éclaire d’un angle nouveau les relations entre les virus et leurs hôtes. Cette lectine a initialement été décrite comme se liant aux glycoprotéines d’enveloppe du VIH. DC‐SIGN ne joue cependant pas le rôle traditionnel de « récepteur » du VIH car elle ne permet pas l’infection des cellules en l’absence de CD4 et d’un corécepteur. Elle favorise en revanche la capture des virions et leur transmission aux cellules permissives. D’un point de vue immunologique, les virions capturés par DC‐SIGN sont apprêtés et présentés par les molécules du CMH, activant la réponse immunitaire. Les conséquences de cette découverte s’étendent bien au‐delà du VIH car de nombreux virus (virus de la dengue, CMV, HCV, virus Ebola) ainsi que quelques autres micro‐organismes interagissent aussi avec DC‐SIGN. Cette revue fait le tour des connaissances actuelles des rôles virologiques et immunologiques de DC‐SIGN.