John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

Un cœur en porcelaine Volume 29, numéro 5, Septembre-Octobre 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
Auteurs
Hôpital privé d’Antony, Pôle cardiovasculaire interventionnel, 25, rue de la Providence, 92160 Antony, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : calcification myocardique, scanner, insuffisance cardiaque
  • DOI : 10.1684/stv.2017.0986
  • Page(s) : 203-6
  • Année de parution : 2017

Nous présentons un cas de calcifications myocardiques massives du ventricule gauche d’origine idiopathique chez une patiente de 81 ans prise en charge dans un contexte de décompensation cardiaque sur fibrillation auriculaire. Les calcifications myocardiques massives sont rares et peuvent être classifiées en métastatiques (impliquant une anomalie du métabolisme phosphocalcique), dystrophiques (survenant sur du tissu myocardique nécrosé ou dégénératif) ou idiopathiques en l’absence de cause retrouvée. Les calcifications myocardiques peuvent être détectées sur les radiographies, l’échocardiographie, l’imagerie par résonance magnétique, mais le scanner représente la modalité d’exploration de choix.