John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Prise en charge après chirurgie cardiaque des douleurs aiguës, persistantes et chroniques Volume 17, numéro 2, Février 2005

Auteur
Unité d’évaluation et de traitement de la douleur, hôpital européen Georges Pompidou, 20 rue Leblanc, 75015 Paris

La majorité des interventions de chirurgie cardiaque se pratiquent par sternotomie ou thoracotomie. Ces incisions, la mise en tension des structures ostéoarticulaires en regard, la présence de drains sont à l’origine de la douleur aiguë postopératoire contrôlée par des antalgiques morphiniques en autoadministration, parfois associés à des anesthésies locorégionales thoraciques. La persistance des douleurs au-delà du 5 e jour amène à envisager une complication locale ou générale, mais les plus fréquentes sont les douleurs de la ceinture scapulaire en association avec des douleurs myofasciales. La rééducation associée à des infiltrations locales en est le traitement principal. Les douleurs chroniques, évoluant depuis plus de 3 mois, touchent environ 15 % des opérés. Elles sont essentiellement d’origine neuropathique par lésion d’un nerf intercostal lors d’une thoracotomie ou de la confection d’un greffon avec l’artère mammaire interne. Elles entraînent un retentissement émotionnel et comportemental important, nécessitant pour leur soulagement des traitements par anticonvulsivants et antidépresseurs, une psychothérapie et un projet de réinsertion sociale. Une antalgie postopératoire efficace, des voies d’abord chirurgical plus limitées, le dépistage des personnalités à risque sont actuellement les moyens de prévention reconnus des douleurs chroniques.