John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

La maladie athérothrombotique coronaire du sujet jeune : état des lieux Volume 12, numéro 4, Avril 2000

Auteurs
  • Mots-clés : infarctus du myocarde, facteurs de risque, athérome, coronarographie, sujets jeunes.
  • Page(s) : 218-25
  • Année de parution : 2000

La maladie athérothrombotique coronaire du sujet jeune est rare mais non exceptionnelle. Elle présente des spécificités qui lui sont propres. Son bon pronostic à moyen terme est lié à la conjonction d’une attitude thérapeutique de revascularisation agressive en cas d’accident coronaire aigu, mode de révélation le plus fréquent de la maladie, et d’une atteinte coronaire souvent limitée à une seule artère coronaire. En revanche, son pronostic à long terme, c’est-à-dire au-delà de 10 ans, est mal connu. Il repose à l’évidence sur le meilleur contrôle des facteurs de risque et la prévention secondaire pharmacologique pour lesquels il n’existe à ce jour aucune donnée prospective sur le long terme. Le tabagisme (90 % des patients), l’hypercholestérolémie (50 % des patients) et les antécédents familiaux de maladie coronaire (50 % des patients) sont les trois facteurs de risque majeurs retrouvés chez ces patients et constituent un outil diagnostic presque infaillible. Compte tenu de l’importance des antécédents familiaux, l’étude de l’interaction de ces facteurs de risque classiques avec les polymorphismes génétiques de certaines molécules impliquées dans la physiopathologie de la thrombose coronaire et de la rupture de plaque est particulièrement prometteuse chez ces patients. Elle pourrait en outre expliquer en partie la surmortalité précoce chez la femme jeune après un infarctus du myocarde. Cet article concis fait le point sur la prise en charge de cette maladie à l’heure des techniques de reperfusion qui ont transformé la cardiologie moderne et sur l’apport potentiel (diagnostic et thérapeutique) des différents polymorphismes génétiques dans cette population prédisposée.