John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

La génétique dans la maladie veineuse chronique Volume 29, numéro 6, Novembre-Décembre 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteur
Hôpital privé d’Antony, 25, rue de la Providence, 92160 Antony, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : génétique, maladie veineuse chronique, varices, ulcères
  • DOI : 10.1684/stv.2017.1001
  • Page(s) : 257-61
  • Année de parution : 2017

La forte prévalence de la maladie veineuse chronique au sein de la population des pays développés, avec la présence de varices chez 30 à 50 % de la population française, est fortement corrélée à des facteurs environnementaux, mais également à des facteurs héréditaires.

Les mécanismes physiopathologiques de la maladie veineuse chronique sont encore mal connus. La piste génétique pourrait donc s’avérer indispensable à la compréhension de la maladie, et surtout de sa sévérité chez certains patients, notamment ceux qui évolueront vers des troubles trophiques.

La maladie veineuse pourrait donc bénéficier des dernières avancées technologiques et notamment les GWAS, qui avec les immenses quantité de données analysées pourraient nous orienter vers des pistes jusque-là insoupçonnées.