John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Inflammation, infection et maladies cardiovasculaires athérothrombotiques Volume 12, numéro 10, Décembre 2000

Auteur
laboratoire central d'hématologie, hôpital Lariboisière, 2, rue Ambroise-Paré, 75475 Paris cedex 10.
  • Page(s) : 636-40
  • Année de parution : 2000

L'athérothrombose, responsable de la majorité des événements artériels ischémiques, se caractérise par une atteinte scléreuse des artères, associée à un dépôt lipidique et une réaction thrombotique. La genèse et le développement de ce type de lésion font intervenir de nombreux facteurs, tant environnementaux (stress, tabac, alimentation...) qu'innés (prédispositions génétiques). L'exposition d'un sujet prédisposé à ces facteurs accroît le risque que la maladie se développe, mais, considérés indépendamment, ces facteurs ne sont pas associés systématiquement à une symptomatologie (les fumeurs ne développeront pas tous une pathologie artérielle ischémique). C'est leur association, dans les proportions et sur des temps d'exposition restant à définir, qui détermine l'importance du risque et des manifestations cliniques. Apprécier ce risque de façon exacte est aujourd'hui impossible dans la mesure où de nombreux facteurs impliqués dans la physiopathogénie de l'athérothrombose restent à identifier. Cela paraît d'autant plus difficile que l'on sait que les facteurs génétiques individuels sont capables de modifier l'effet délétère de certains facteurs environnementaux et qu'à l'inverse, des facteurs environnementaux peuvent moduler l'expression des gènes. Ces éléments innés et acquis ne doivent donc plus être considérés séparément mais doivent être analysés en interrelation. Étudier les maladies cardiovasculaires c'est ouvrir la boîte de Pandore dans laquelle de nombreux déterminants délétères sont à identifier et dont la causalité reste à prouver. Dans ce contexte multifactoriel complexe, nombreuses sont les molécules candidates au titre de véritables facteurs de risque. Cependant, l'évaluation précise de leur rôle dans le développement des maladies cardio- vasculaires nécessite de larges études épidémiologiques lourdes en temps et en moyens.