John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Hémorragie massive au bloc opératoire Volume 29, numéro 6, Novembre-Décembre 2017

Auteurs
1 Fondation ophtalmologique Adolphe de Rothschild, Service d’anesthésie-réanimation, Paris, France
2 INSERM UMR-S1140, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, France
3 CHU de Lille, Pôle d’anesthésie-réanimation, F-59000 Lille, France
4 CHU Lille, Pôle de l’urgence, F-59000 Lille, France
5 CHU de Lille, Institut d’hématologie et de transfusion, Lille, France
6 Université de Lille, Inserm, CHU Lille, U1190 - EGID, F-59000 Lille, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : hémorragie, coagulopathie, transfusion, acide tranexamique, fibrinogène
  • DOI : 10.1684/stv.2017.0996
  • Page(s) : 228-34
  • Année de parution : 2017

L’hémorragie peropératoire est une complication classique de la chirurgie. Lorsqu’elle est massive, elle implique une prise en charge spécifique, à la fois diagnostique et thérapeutique, dont les caractéristiques dépendent du débit du saignement. Les causes chirurgicales sont identifiées pour bénéficier sans délai d’un traitement spécifique. La gestion de la coagulopathie nécessite un diagnostic biologique au laboratoire ou par des méthodes de biologie délocalisée qui guident le traitement. Celui-ci associe la transfusion de produits sanguins labiles, l’administration d’acide tranexamique, dont l’efficacité est bien établie, et de concentrés de fibrinogène adaptés à la concentration en fibrinogène. Une organisation spécifique de chaque centre est nécessaire intégrant un partenariat fort entre les médecins, les biologistes et les correspondants des sites transfusionnels pour raccourcir et simplifier les circuits ainsi que des algorithmes thérapeutiques pour guider les produits sanguins et les agents hémostatiques.