John Libbey Eurotext

Sang Thrombose Vaisseaux

MENU

Foramen ovale perméable et accident vasculaire cérébral cryptogénique : des données nouvelles Volume 29, numéro 6, Novembre-Décembre 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9

Tableaux

Auteurs
1 Inserm U-1148, Sorbonne Paris-Cité, Université Paris Diderot, AP-HP, Hôpital Bichat, DHU FIRE, Département de cardiologie, Paris, France
2 AP-HP, Hôpital Bichat, Département d’anesthésie-réanimation, Paris, France
3 AP-HP, Hôpital Bichat, Département de chirurgie cardiaque, Paris, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : foramen ovale perméable, accident vasculaire cérébral
  • DOI : 10.1684/stv.2017.1000
  • Page(s) : 248-56
  • Année de parution : 2017

La relation entre accident vasculaire cérébral (AVC) de cause inconnue chez un sujet jeune (< 60 ans) et foramen ovale perméable (FOP) fait débat depuis plusieurs décennies quant au bénéfice de la fermeture du FOP en prévention secondaire. Un FOP large, associé à un anévrisme du septum interauriculaire, un AVC volontiers superficiel, un score RoPE supérieur ou égal à 7 sont des facteurs évoquant la responsabilité du FOP. De nombreux registres avaient montré que le risque de récidive était moindre après fermeture en comparaison au traitement médical. Trois études randomisées, CLOSURE-1, RESPECT et PC-Trial, n’avaient pas démontré la supériorité de la fermeture du FOP en comparaison au traitement médical (antiplaquettaire et/ou anticoagulant), tout au plus une tendance (non significative) à moins de récidives dans le groupe interventionnel. Deux études récentes, CLOSE (663 patients) et REDUCE (664 patients), ont démontré le bénéfice de la fermeture en comparaison au traitement médical : aucune récidive dans le groupe fermeture versus 14 dans le groupe antiplaquettaire dans l’étude CLOSE (suivi moyen de 5,3 ans ; p < 0,001) ; 1,4 % dans le groupe fermeture contre 5,4 % sous aspirine dans l’étude REDUCE (suivi moyen de 3,2 ans ; p = 0,002). Le suivi à long terme (5,9 ans) effectué dans l’étude RESPECT a confirmé le bénéfice de la fermeture (18 récidives versus 28 récidives ; p = 0,046). Une sélection rigoureuse des patients au décours d’un AVC de cause inconnue devrait à court terme nous faire élargir nos indications de fermeture en prévention secondaire. De nouvelles recommandations de nos sociétés savantes (cardiologique et neurologique) sont nécessaires pour préciser le cadre réglementaire du remboursement.