John Libbey Eurotext

Cahiers Santé Médecine Thérapeutique

MENU

Les agressions cérébrales secondaires d’origine systémique dans le traumatisme crânien : incidence et pronostic À propos de 175 cas Volume 30, numéro 1, Janvier-Février 2021

Auteur
Service de réanimation et anesthésie, CHU Hassan II, Fez, Maroc
* Tirés à part

Le pronostic des traumatisés crâniens (TC) est déterminé en large mesure par la lésion cérébrale primaire constituée lors de l’impact initial. Cependant, il a été démontré que le pronostic fonctionnel et vital est corrélé de façon aussi significative aux événements secondaires appelés facteurs d’agression cérébrale secondaire d’origine systémique (Acsos). Nous rapportons, dans cette étude rétrospective, 175 cas de TC hospitalisés sur une période de 18 mois (janvier 2017-juin 2018) dans le service de réanimation polyvalente A1 du centre hospitalier universitaire Hassan II, Fès, Maroc. L’objectif de notre étude est d’évaluer l’incidence des Acsos, de décrire leurs caractéristiques épidémiologiques et cliniques afin de déterminer leur impact sur le pronostic du TC. L’incidence globale des Acsos était de 87 %. L’hypoxie (45 %) et l’hypocapnie (50 %) étaient les troubles respiratoires les plus observés. Une hypotension artérielle était notée dans 40 % des cas, une anémie dans 60 % et une hyperglycémie dans 58 %. L’hyperthermie était de l’ordre de 78 %. Les facteurs épidémiologiques et cliniques favorisant la survenue des Acsos étaient un âge > 40 ans (p = 0,03), une survenue de l’accident sur la voie publique (p = 0,012), un score de Glasgow initial < 8 (p = 0,04) ainsi que la présence de lésions associées (p = 0,01). Les Acsos prédictives de mortalité chez le TC observées au cours de notre étude étaient l’hypoxie (p = 0,01), l’hypotension artérielle (p = 0,04), l’anémie (p = 0,001), l’hyperglycémie (p = 0,01), l’hyperthermie (p = 0,001) et l’hyponatrémie (p = 0,03). Notre travail a également montré que l’incidence élevée de ces désordres systémiques au cours de l’évolution des TC est corrélée de façon très significative avec le pronostic neurologique des patients. La prévention et/ou le traitement précoce des Acsos s’intègrent dans une chaîne de protection cérébrale commencée sur les lieux de l’accident et poursuivie pendant le transport et la prise en charge dans un service d’accueil et d’urgences.