John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Techniques de mobilisation des ressources en eau et pratiques d’utilisation en zones arides : bilans, évolutions et perspectives Volume 20, numéro 1, janvier-février-mars 2009

Auteurs
Institut de recherche pour le développement IRD UMR GEAU (gestion de l’eau, acteurs, usages) Whymper 442 y Coruña Apartado postal 17 12857 Quito Équateur, International Water Management Institute PO Box 4199 Nongviengkham - Xaythany district Vientiane Lao P.D.R, Fundação Cearense de Meteorologia e Recursos Hídricos - FUNCEMEAv. Rui Barbosa 1246 Fortaleza/CE 60115-221 Brazil, Institut de recherche pour le développement, IRD UMR hydroSciences Montpellier Calle Teruel n o 357 Miraflores Lima 18 Pérou
  • Mots-clés : gestion de l’eau, ressources en eau, zones arides
  • DOI : 10.1684/sec.2009.0166
  • Page(s) : 17-30
  • Année de parution : 2009

Comme dans la plupart des régions, les zones arides ont bénéficié de plusieurs vagues d’aménagements hydroagricoles durant la seconde moitié du XX e siècle pour ralentir, stocker et rendre accessibles des écoulements sporadiques et violents peu utilisables par des ouvrages au fil de l’eau. Cette succession d’aménagements superposés est souvent mal valorisée comme le montrent divers bilans réalisés dans des bassins du Centre tunisien et du Nord Mexique où les retenues collinaires favorisent, avant tout, les pertes évaporatoires. Sur la base de ces constats, les gouvernements ont cherché à améliorer la gestion technique des ouvrages en favorisant les transferts d’eau vers les réservoirs souterrains et cherchent à mobiliser les ressources en eau non conventionnelles avec quelques succès, mais seulement dans des situations spécifiques en raison de leurs coûts élevés (désalinisation), d’une difficile acceptation (réutilisation des eaux usées) ou de leur volume peu important (eau atmosphérique). Toutes ces initiatives n’ont pas arrêté la surexploitation des nappes phréatiques, et peu à peu se mettent en place plusieurs initiatives pour diminuer la demande en eau tout en augmentant la production alimentaire. Cette nouvelle politique finance l’installation des techniques d’irrigation économes (aspersion, goutte-à-goutte, polymères gonflants, conduites verticales, etc.) pour remplacer l’irrigation gravitaire majoritairement utilisée. Après quelques années, il faut bien reconnaître que l’impact de ces nouvelles techniques est moins important que prévu soit à cause d’une utilisation inadéquate, soit par le fait de nouveaux comportements qu’elles ont suscités. Actuellement, les pouvoirs publics testent des outils complémentaires économiques et réglementaires pour rendre plus efficaces ces changements techniques.