John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Les ressources en eaux de la Sierra Madre occidentale : variabilité et évolution avec la surexploitation du milieu Volume 13, numéro 4, Décembre 2002

Auteurs
IRD-LTHE, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.

La Sierra Madre occidentale est de loin la région la plus pluvieuse du Nord-Mexique, ce qui en fait une zone importante en termes d'approvisionnement en eau ; cela permet l'alimentation en eau de grands périmètres irrigués en bordure du massif. Mais cette région souffre depuis quelques décennies d'une sévère surexploitation de l'espace, liée essentiellement au surpâturage et secondairement au déboisement, ce qui rend chaque fois plus aigus les problèmes d'approvisionnement en eau et peut être à l'origine de conflits d'usage sur cette ressource. On cherche à savoir si cette dégradation menace l'avenir des ressources en eau. Ce point est difficile à déterminer, tant est grande la variabilité spatiale des précipitations comme des écoulements. Des observations et des mesures ont été effectuées pendant 5 années sur des parcelles et de petits bassins-versants sur plusieurs sites de la haute vallée du Sextín (nord de l'État de Durango), l'une des branches amont du Río Nazas. On a pu observer un accroissement très sensible des écoulements et de l'érosion tant sur les sites surpâturés, par rapport aux pâturages enclos et mis en réserve, que dans les zones déboisées dans la forêt. Par ailleurs, en réponse aux sécheresses récurrentes, les agriculteurs s'équipent d'un nombre croissant de lacs collinaires. Ces modifications dans le haut bassin du Nazas (dégradation de la végétation et stockage de l'eau de ruissellement) ont pu avoir des conséquences sur le bilan hydrique du bassin. Un ensemble d'études a été réalisé pour voir si les débits et les régimes des cours d'eau avaient connu une évolution depuis le début de la mise en valeur intensive des hauts bassins. On a constaté que les coefficients d'écoulement avaient peu évolué. Mais les principales modifications ont porté sur les régimes ; l'utilisation du « modèle Nazas » semble montrer que la capacité de stockage naturel des bassins-versants a diminué et, simultanément, on a observé une diminution du coefficient d'écoulement de base des cours d'eau ainsi qu'une diminution de leur temps de réponse aux précipitations.