John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

L’eau et le choléra Volume 3, numéro 4, Décembre 1992

Auteur
Unité Choléra et Vibrions Institut Pasteur 28, rue du Docteur-Roux 75724 Paris Cedex 15, France.
  • Page(s) : 251-9
  • Année de parution : 1992

C’est à Moreau de Jonnes, dès la IIe pandémie, que revient le mérite d’avoir, le premier, montré les rapports entre les déplacements du choléra et l’eau des fleuves et des mers. Il a également introduit la notion d’eau bouillie ou d’eau traitée au cours des épidémies de choléra. Après 140 ans de dogme absolu de la transmission du vibrion par l’eau d’alimentation, deux épidémies africaines, Mopti et Goulfey, permettent d’affirmer que le choléra est logiquement à ranger parmi les maladies des mains sales. Par oubli ou ignorance de cette vérité première, le vibrion s’est déplacé et implanté en Afrique, maintenant en Amérique du Sud. Eau et choléra, deux problèmes remarquablement intriqués, imbriqués et qui s’impliquent réciproquement.