John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

La mémoire des pâturages africain Volume 10, numéro 3, Septembre 1999

Auteurs
  • Page(s) : 171
  • Année de parution : 1999

Les études sur la flore africaine ont d’abord été faites par des floristes, mais depuis 1930 et surtout 1958, des relevés de végétation sont entrepris dans les pâturages de manière systématique. Pour synthétiser ces observations, le CIRAD-Emvt a créé en 1993 avec l’aide du CNRS le projet Flotrop. Il rassemble ces données, en homogénéisant présentation et nomenclature. Il permet de faire le point sur la répartition des espèces (chorologie), la structure et la valeur de la végétation des stations (agrostologie), les relations espèces/milieux (écologie), l’établissement de florules, l’évolution de la flore et de la végétation (biodiversité), sous des influences climatiques et humaines. Son aire est comprise entre le 5 et le 25° N et des îles du Cap-Vert à la mer Rouge. Au 1er janvier 1999, 12 997 sites avec leur flore quantifiée sont enregistrés. Des modules optionnels proposent des cartes de répartition par pays, par surfaces (degrés carré(s), fenêtres ou cercle de rayon variable autour d’un point géoréférencé). Avec pour chaque échelle, soit la distribution des relevés, soit de ceux qui contiennent une espèce particulière, avec la liste des relevés concernés ou la florule correspondante, classée par ordre de code alphabétique ou taxinomique. Un module analyse l’aire de répartition d’une espèce, il détermine l’enveloppe des sites, le centre de l’aire, sa surface, son périmètre et son aplatissement. Une carte la matérialise et positionne le centre. On peut comparer des aires deux à deux et examiner leurs degrés de sympatrie. La biodiversité est abordée par la flore et par la végétation. Flotrop fournit les indices caractérisant les biodiversités stationnelles ou régionales. Il prend en compte le nombre de familles, le nombre d’espèces et leur répartition dans les familles et calcule les divers nombres de diversité habituels : richesse floristique, diversité informatique de Shannon et probabilistes de Simpson. Une autre option fournit les spectres pastoraux appréciés sur la flore (listes floristiques non pondérées) ou sur la végétation. Un module permet de faire ressortir l’apport des observateurs à l’inventaire d’un territoire ou à l’inventaire généralisé. Les perspectives : transfert sur le Net pour consultation par des chercheurs ; acquisition de données dans les secteurs où elles font défaut ; analyse d’autres thèmes (type biologique).