John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

Involving women in research for economic growth through agricultural technologies and practices: ICRISAT's initiatives in sub-Saharan Africa Volume 24, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2013

Auteurs
ICRISAT Kano PMB 3491 Sabo Bakin Zuwo Road Tarauni Kano Nigeria, ICRISAT Patancheru 502324 Andhra Pradesh India, ICRISAT PO Box 320 Bamako Mali, ICRISAT PO Box 320 Bamako Mali, ICRISAT PO Box 12404 Niamey Niger
  • Mots-clés : Afrique sub-saharienne, croissance économique, femmes, genre, technologies agricoles
  • DOI : 10.1684/sec.2013.0405
  • Page(s) : 359-66
  • Année de parution : 2013

Bien qu’hommes et femmes jouent un rôle économique substantiel dans les tropiques semi-arides d’Afrique (SSA), le rôle prépondérant des femmes dans les activités agricoles ne peut être ignoré. Les normes culturelles de la région ont longtemps poussé les femmes à être économiquement indépendantes et donnent traditionnellement à la femme une responsabilité centrale dans la production agricole. Les femmes représentent une part importante de la force ouvrière agricole, en proportion la plus importante au monde. Ainsi, les femmes de la région, indépendamment de leur appartenance ethnique, principales responsables de la production et transformation des denrées agricoles, contribuent à une part essentielle de la production agricole nationale et de la sécurité alimentaire. Les initiatives et programmes de l’ICRISAT, institut de recherche agricole, sont basés sur la technologie ; comme l’égalité des genres est importante pour l’agenda de l’ICRISAT, la plupart des projets et programmes se focalisent sur les femmes et leur accès aux technologies nouvelles et à la connaissance pour augmenter la production agricole. Ces dernières, combinées à d’autres activités génératrices de revenus, sont mises en place afin d’augmenter le revenu des femmes, et partant, leur autonomie et leur statut. Dans cet article, nous passons en revue les différentes initiatives de l’ICRISAT dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest (Mali, Niger, et Nigeria) afin de dégager ce qu’elles impliquent en termes de croissance économique pour les femmes et leur famille. Trois initiatives principales sont examinées : le projet graines d’arachide (2003-2007), le projet légumineuses tropicales (TLII, 2008-2010), et le projet sur l’amélioration de la productivité du sorgho et du mil en Afrique et Asie (HOPE, 2009-2012). Tous ces projets ont des activités spécifiques ciblant les femmes et impliquent l’usage de technologies et la gestion des semences et des cultures, activités choisies consciemment comme étant centrées sur les activités habituelles des femmes, afin d’augmenter leur capacités pour ces tâches qu’elles assument traditionnellement.