JLE

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Impact du risque climatique sur le rendement du blé dur (Triticum durum Desf.) en zone semi-aride : approche éco-physiologique Volume 11, numéro 1, Mars 2000

Auteurs
  • Page(s) : 45-51
  • Année de parution : 2000

Dans les zones semi-arides du sud de la Méditerranée, la faiblesse des précipitations et leur distribution aléatoire se traduisent souvent par une situation de contrainte hydrique qui est présente pratiquement tout au long du parcours du rendement du blé dur. L’analyse des régimes pluviométriques à des échelles mensuelles et décadaires décrit le type de régime pluviométrique et confirme le caractère erratique des précipitations sans toutefois permettre de situer la contrainte par rapport aux différents stades morphophysiologiques de la plante. L’échelle journalière semble être plus appropriée pour une analyse prenant en compte conjointement l’intensité de la contrainte et la réponse de la plante. Le risque de cette contrainte hydrique est estimé en termes de séquences sèches – nombre de jours successifs sans pluies depuis le dernier jour pluvieux –, de leur longueur et de leur occurence, ainsi que par les variations conséquentes du bilan hydrique. La longueur de ces séquences et leur distribution par rapport au cycle végétatif montrent que le stress hydrique constitue un risque pratiquement présent à tous les stades de croissance et développement de la céréale et affecte à des degrés divers le rendement. Les réponses de la plante à la contrainte hydrique se font par des ajustements continus entre les disponibilités et les besoins en eau et sont variables selon le génotype, l’occurrence et l’intensité de la contrainte. Ces réponses à la sécheresse sont traduites par une forte régression des talles herbacées, une faible fertilité de l’épi, ou par la réduction du nombre de grains par épi et une dépression importante du rendement final.