John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Impact de la sécheresse sur la croissance de trois espèces forestières en Tunisie (Pinus halepensis Mill., Pinus pinea L. et Pinus pinaster Sol.) Volume 18, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2007

Auteurs
Institut méditerranéen d’écologie et de paléoécologie (Imep), Case 441, Faculté des sciences de Saint Jérôme, Université Paul Cézanne Aix- Marseille III, 52, Avenue Escadrille Normandie Niemen, 13397 Marseille cedex 20, Université Tunis El Manar, Faculté des sciences de Tunis, Campus universitaire 2092, El manar II Tunisie, Institut national de recherche en génie rural, eaux et forêts (Inrgref), BP N° 10, 2080 Ariana Tunisie

Cette étude dendroclimatologique menée sur trois espèces forestières en Tunisie (Pinus halepensis Mill., Pinus pinea L. et Pinus pinaster Sol.) concerne la relation entre la croissance radiale de ces espèces et le climat. L’objectif principal est de déterminer la sensibilité de ces trois espèces à la sécheresse. L’impact de l’évolution climatique actuelle sur la croissance et la survie de ces trois espèces est examiné sur plusieurs peuplements forestiers dans quatre bioclimats différents en Tunisie. Un modèle de relation croissance radiale-bilan hydrique a permis de définir des années sèches et des années humides. Ce modèle, testé sur les trois espèces, indique une nette augmentation de la sécheresse et l’apparition de cernes minces dans tous les bioclimats pendant la période 1978-2001 par rapport à la période 1954-1977. Ce modèle a permis aussi de prédire la sensibilité de ces trois espèces de pin suite à l’augmentation de la sécheresse. Les résultats des prévisions indiquent que le pin d’Alep montre une forte résistance à la sécheresse lorsqu’il se trouve dans les conditions climatiques ou édaphiques les plus difficiles. En revanche, sur les dunes littorales, en bioclimat humide et subhumide, c’est le pin maritime qui montre la plus forte sensibilité à la sécheresse.