John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Étude des caractères morphologiques des plantes de tomate soumises à un déficit hydrique en milieu hydroponique Volume 18, numéro 1, Janvier, Février, Mars 2007

Auteurs
Laboratory of Plant Ecology, Faculté des sciences en bio-ingénierie de l’université de Gand, Coupure Links 653, B-9000 Belgique

L’étude porte sur l’effet d’une contrainte hydrique imposée par l’adjonction de polyéthylène glycol sur une culture hydroponique de tomate (Lycopersicon esculentum Mill. cv. Nikita). Afin de permettre aux plantes de développer leurs mécanismes d’ajustement osmotique, une adjonction graduelle de PEG-6000 a permis d’obtenir une période de déficit hydrique couvrant un mois. L’examen, d’une part des valeurs du potentiel osmotique enregistrées pour chaque palier de ce déficit hydrique et d’autre part de la déviation relative de ce potentiel pour chaque culture par rapport au témoin, montre une adaptation progressive, témoignant d’une osmorégulation plus active chez cette espèce. L’augmentation de la densité des stomates, ainsi que la variation de leur taille sont les effets les plus importants chez les plantes soumises à un déficit hydrique. La résistance stomatique dépend de l’état hydrique foliaire et tend à augmenter avec l’installation de la contrainte. Cette élévation est d’autant plus importante et précoce que la contrainte est plus sévère. La production de la biomasse totale de la plante est nettement affectée par la restriction hydrique. La régulation de la croissance de la partie aérienne la plante et du système racinaire est significativement affectée par la restriction hydrique.