John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

Étude comparative de trois méthodes de calcul du coefficient de tarissement des cours d‘eau Volume 14, numéro 1, Janvier 2003

  • Auteur(s) : Issiaka Savane, Kapo Martin Coulibaly, Pierre Gioan , Centre de recherche en écologie, Université Abobo‐Adjamé, 08 BP 109 Abidjan 08, Côte d‘Ivoire <savaneihotmail.com>. North Carolina State University, Department of Marine Earth and Atmospheric Sciences, 1125 Jordan Hall, NCSU Box 8208, Raleigh, NC 27695‐8208, États‐Unis <tchaya2hotmail.com>. Centre universitaire de recherche et d‘application en télédétection (CURAT), Université de Cocody‐Abidjan, 22 BP 801 Abidjan 22, Côte d‘Ivoire <gioanpsyfed.ci.refer.org>
  • Mots-clés : Tarissement ; Cours d‘eau.
  • Page(s) : 37-42
  • Année de parution : 2003

Le présent travail se propose de comparer trois méthodes de calcul des coefficients de tarissement des cours d‘eau : les deux méthodes traditionnelles (Maillet et Castany) et une nouvelle méthode, la résolution par dichotomie. La méthode de Maillet se résout de façon classique en reportant sur un graphe les valeurs du coefficient de tarissement obtenues sur le cours. La méthode de Castany est une modification du modèle de Maillet par une transformation logarithmique de la fonction afin de déterminer la vidange du réservoir sur des tronçons linéarisés. La méthode de résolution par dichotomie introduit la notion de durée du régime de tarissement et permet une reconstitution plus précise des tarissements en des sites où les données sont lacunaires. Ces trois méthodes sont comparées quant à leur niveau de précision pour des régimes de tarissement différents (court ou long). La méthode de Maillet s‘avère mieux adaptée au régime de tarissement long avec absence de pluies parasites. Les deux autres méthodes correspondent davantage aux autres régimes de tarissement. La méthode de Castany, de par son caractère manuel, reste néanmoins beaucoup moins rigoureuse que la méthode par dichotomie dont le degré de précision peut être défini par l‘utilisateur (jusqu‘à 10  ‐‐ 8). La procédure de calcul, programmée en Qbasic et Visual Basic for Application pour Excel, peut être obtenue auprès des auteurs.

Illustrations

Ouvrir l'onglet